Parrainage: Avec 5€ par mois, financez la scolarité d'un enfant.

Accueil du site > Le blog > Début du chantier à Katibougou
alad-mali.org

Début du chantier à Katibougou

lundi 13 octobre 2008, par Gérard Bordas


I ni sogoma, i ka kene ?  [1]

Le grand jour arrive. Nous allons être les témoins privilégiés de la naissance du nouvel ALAD.

Nous avons rendez vous sur le terrain avec le maçon et le puisatier, malheureusement il pleut ! Pas un gros orage qui dure ½ heure mais une pluie fine et continue qui tombe sous un ciel bas ; on se croirait en Corrèze !

Nous téléphonons au maçon qui nous dit se rendre sur place dès que la pluie cessera. Vers 10h00 une éclaircie arrive enfin et nous prenons la route ou plutôt le bourbier vers Katibougou.

Moussa, Lassine, Gérard et moi sommes du voyage dans la camionnette Citroën deux places. Nous avons installé deux fauteuils de jardin à l’arrière pour Lassine et moi. Le privilège de l’âge permettant à Gérard de prendre place près de Moussa à l’avant.

C’est alors que nous étions presque arrivés à Kalabam que nous nous sommes aperçus que nous avions oublié rien moins que les plans et le décamètre ! Nous sommes donc retournés à ALAD en nous gaussant de nos piètres qualités de professionnels.

Le voyage est assez inconfortable. Qui n’a pas connu les pistes africaines en saison d’hivernage ne peut comprendre. A Samaya nous prenons un cinquième passager qui vient avec nous à l’arrière. Bon an mal an, grâce à la dextérité dont Moussa fait preuve au volant, nous arrivons à destination suivis de peu par le maçon et le puisatier.

Aussitôt nous nous mettons au travail. Nous commençons par tracer les limites du terrain puis nous implantons la maison du gardien et le puits. Voyant le maçon prendre une simple équerre pour faire les angles je me mets en devoir de lui expliquer le théorème de Pythagore et c‘est ainsi qu’un jour d’Octobre 2008 les habitants de Katibougou firent connaissance avec ce Grec qui a tant fait pour l’équerrage de nos maisons !

Une fois les bâtiments tracés une équipe de manœuvres embauchés dans le village à notre demande commencent à creuser les fondations dans la terre détrempée tandis que le puisatier donne les premiers coups de daba pour le puits.

Nous faisons ensuite connaissance avec notre gardien à qui il sera bon d’apprendre quelques rudiments de Français car la langue de Molière lui est totalement étrangère...

Ensuite nous nous rendons avec Lassine auprès du chef du village ... Nous devons nous féliciter d’avoir Lassine avec nous car nous n’aurions jamais pu nous sortir de cet imbroglio sans lui qui est un enfant du pays et qui connaît parfaitement les us et coutumes locales. Dougoudigui nous reçoit, nouvelles palabres à n’en plus finir, Lassine écrit le contrat puis il macure l’index du chef avec son stylo bille, celui-ci, vu sa cécité, doit être aidé de Lassine pour apposer son empreinte digitale sur le document...

Les choses sont ainsi faites dans les règles l’on ne pourra nous faire de reproches... En effet, nous avons appris que certains opposants au chef voyaient d’un mauvais œil notre implantation à Katibougou et font courir le bruit que nous soudoyons les édiles locaux pour nous approprier leurs terres. Comme quoi les empêcheurs de danser en rond se trouvent sous toutes les latitudes.

Vers 16h00 nous voyons tout ce monde ranger pelles et pioches et nous comprenons que la journée est finie. C’est alors le retour à Kalabambougou par le même chemin. Une heure de piste cahotante pour faire une vingtaine de kilomètres. Espérons que notre vaillante petite Citroën tienne le coup !

Kanbe ! [2]

Sédou Traore (Gérard Bordas)

Boubacar keïta (Claude Boyer)

Notes

[1] « Bonjour, Comment vas-tu ? » en bambara

[2] « Au-revoir » en bambara

Cet article est lié aux thèmes suivants :

Construction, rénovation |

Répondre à cet article


Plan du site : 1. L’association | 2. Nos actions | 3. Nous aider | 4. divers | 5. Le blog | 6. Katibougou Kibaru | 7. Press Book |
Mentions légales |Nous contacter | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | ALAD'in