Parrainage: Avec 5€ par mois, financez la scolarité d'un enfant.

Accueil du site > Le blog > L’infirmier de Katibougou, populaire !
alad-mali.org

Un séjour à Katibougou

L’infirmier de Katibougou, populaire !

Françoise et Gérard BUGEL

mardi 9 février 2010, par Béatrice Fauré, Gérard Bugel


L’affinage du Karité

J’ai enfin mis la main sur l’ordinateur des bénévoles et j’en profite !

Je reviens au karité. Après 2 ou 3 jours de repos sur le sujet, j’ai pris mon courage à deux mains.

La fabrication artisanale de mardi dernier sera vendable à des inconditionnelles du Karité, leur odeur étant très « nature »...

Hier je me suis lancée avec 6 pots dans le traitement effectué l’année dernière chez Néné avec le groupement de femmes de Kabalabougou. J’ai liquéfié 6 pots et ensuite je l’ai solidifié avec de la glace et émulsionné.

Sa coloration pistache s’est très atténuée. Pot de gauche, brut. Pot de droite, traité à la glace sans aucun additif de parfum ou huile essentielle.

Affinage du karité

Il y a une odeur de Karité que je trouve acceptable. Marion et Camille qui sont de grandes baroudeuses venant du Burkina Faso où elle ont acheté du karité trouvent les pots traités tout à fait acceptables. Il faut sans doute encore progresser pour les marchés de Brive ou Terrasson.

Donc j’ai discuté avec les dames de Katibougou, qui connaissent ce traitement à la glace. Voyant que je ne baisse pas les bras, demain elles viennent m’aider pour un autre traitement au guéné et citron vert qui devrait à la fois avoir un impact sur la couleur et l’odeur.... A voir !

Je suis maintenant plus à l’aise pour rendre visite au groupement de Dioila samedi, car nous avons un échantillon présentable.

L’infirmier de Katibougou, populaire !

Nous sommes moins nombreux et donc je vais peu en cuisine. J’en profite pour distribuer des vêtements. Cette après-midi je suis allée au centre de santé financé par Jean Tigana dans les années 80 et très proche d’ALAD.

J’ai remis à l’infirmier Cissé DJOUME tous les vêtements pour nouveaux nés que Chantal et la collègue de Bertrand m’avait remis.

Pour info, il fait les accouchements, il y en a eu 115 en 2007, 146 en 2008 et 182 en 2009.

Ce n’est pas que la population de Katibougou augmentent de façon galopante... même s’il y a bien sûr beaucoup d’enfants. Cet infirmier a une grande notoriété, même plus que la matrone : de plus en plus de femmes des villages voisins viennent accoucher ici à Katibougou.

Il nait un enfant tous les deux jours...

Une fois par mois il fait la séance vaccination, il n’a pas de frigo, donc il part à 6h. du matin chercher les vaccins au centre de santé de Kabalabougou. Il souhaiterait avoir un petit frigo à pétrole.

... et l’activité continue

Ce matin j’ai donné un gros paquet de laines à Rachelle qui vient tous les jours pour faire soigner son petit fils brûlé à la jambe.

Elle me dit qu’elle tricote et fait des couvertures pour les nouveaux nés avec des carrés.

Rachelle et son mari Michel font partie de la communauté chrétienne de Katibougou très minoritaire (une quinzaine de familles) et animent les cérémonies qui ont lieu dans dans la petite église de Katibougou.

Gérard vient de partir à l’aéroport avec le chauffeur Moussa pour chercher Yvan qui rentre de France.

Le chantier se poursuit avec l’entreprise malienne et avec moins d’effervescence, mais ça avance.

Nous allons pouvoir bientôt manger des radis. A Tranche je n’ai jamais vu les radis pousser en 18 jours, il faut venir au Mali !! Je continue à faire du fromage et il est très apprécié.

Cet article est lié aux thèmes suivants :

Groupements de femmes | Production de beurre de Karité | Maraîchage, agriculture | Santé, hygiène |

Répondre à cet article


Plan du site : 1. L’association | 2. Nos actions | 3. Nous aider | 4. divers | 5. Le blog | 6. Katibougou Kibaru | 7. Press Book |
Mentions légales |Nous contacter | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | ALAD'in