Parrainage: Avec 5€ par mois, financez la scolarité d'un enfant.

Accueil du site > Press Book > Rencontre avec Claudine Baradel
alad-mali.org

Tulle Magazine, juin 2010

Rencontre avec Claudine Baradel

5e Marché des Initiatives Locales

dimanche 27 juin 2010, par Administrateur

Claudine Baradel et son époux Yvan ont toujours été actifs dans le domaine de la solidarité internationale et se sont préoccupés toute leur vie de justice et d’injustice.

Avec la retraite qui est arrivée, le temps libre s’est logiquement transformé en temps très occupé, qu’ils ont mis à la disposition des autres et notamment de l’association ALAD.

L’association ALAD est très présente au Mali, dans des villages près de Bamako où elle a permis de construire des écoles, de creuser des puits, de créer un centre de santé, entre autres.


« Mon mari et moi nous rendons plusieurs mois par an au Mali. Nous sommes accompagnés par d’autres bénévoles qui apportent leur technicité et leur savoir-faire pour aider ces africains qui sont très pauvres et très démunis.

Des étudiants dans tout domaine, des élèves infirmières, des médecins d’Echo sont régulièrement là-bas.

Un technicien de veolia va prochainement nous suivre pour nous apporter ses compétences dans le domaine de l’eau. L’eau est vitale et elle manque cruellement. Et puis quand elle est là, elle est souvent souillée et véhicule des maladies très graves.

Notre but est d’aider ces populations, sans assistanat. Nous les avons aidées à favoriser le maraîchage, à mettre en place des techniques d’irrigation pour la saison sèche.

Nous développons le commerce équitable, notamment avec des groupes de femmes. Elles sont demandeuses, elles nous proposent des projets et nous les aidons à concrétiser notamment par le biais de microcrédits.

Elles font des sirops, des confitures, des fruits séchés qu’elles vendent sur place et que nous rapportons ici pour vendre notamment sur le Marché des Initiatives locales de Tulle, mais aussi sur les marchés de Noël, sur des marchés africains de France.

Récemment, certaines d’entre d’elles nous ont demandé de les aider à réaliser un projet de confection de pâte d’arachide. Le but est qu’elles deviennent indépendantes.

Je veux dénoncer ici un scandale que l’on ne dénoncera jamais assez et que l’on constate chaque jour : les africains sont spoliés régulièrement de leurs terres, de leurs biens, de leurs richesses. Et l’or et le coton qui leur appartiennent continue d’enrichir des pays déjà très riches. C’est ce qu’on appelle du vol manifeste. »

Cet article est lié aux thèmes suivants :

Groupements de femmes | Ventes en France |

Répondre à cet article


Plan du site : 1. L’association | 2. Nos actions | 3. Nous aider | 4. divers | 5. Le blog | 6. Katibougou Kibaru | 7. Press Book |
Mentions légales |Nous contacter | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | ALAD'in