Parrainage: Avec 5€ par mois, financez la scolarité d'un enfant.

Accueil du site > Le blog > ALAD est orpheline !
alad-mali.org

ALAD est orpheline !

vendredi 25 mars 2011, par Catherine Fauré

« Les morts ne sont pas morts, ils sont parmi nous, dans nos pensées, dans nos souffles et encore et toujours vivants à travers les actes qu’ils ont posés dans la vie »

(Soumaila Camara, en hommage à Yvan, le 16 mars 2011)


Chers adhérents, chers amis,

Nous venons partager avec vous une très grande peine : celle du départ brutal d’un ami très cher, Yvan Baradel, Président et Délégué général de notre association ALAD depuis 9 ans.

Yvan est décédé au Mali, le dimanche 13 mars, suite à un problème de santé. Il venait de repartir, infatigable malgré l’âge et les ennuis de santé. Il était de retour, à Katibougou, depuis le 7 mars.

Après une vie familiale bien remplie (Yvan et son épouse Claudine ont eu six enfants et en ont adopté trois), et une vie professionnelle exemplaire, (marquée par sa progression dans le corps des hauts fonctionnaires d’état), Yvan est arrivé à l’âge de la retraite, et, à une période de la vie où beaucoup n’aspirent qu’au repos et au confort, il a souhaité se mettre au service des plus démunis et travailler au développement durable.

Nous sommes, tous, sous le choc et nous tenons, à travers ces témoignages spontanés, à lui rendre hommage.

« Yvan avait la bonté, la gentillesse, la générosité en lui, celle qui aide l’autre, qui le soutient et le fait avancer. Son implication dans ALAD, qu’il a su entrainer et moderniser, montre à quel point servir les plus démunis était quelque chose d’essentiel pour lui. »

« C’était un homme exceptionnel, d’une grande sensibilité sous des dehors rugueux, doué d’une exceptionnelle capacité de travail, plein d’ardeur pour aller au bout de la tâche qu’il s’était fixée. »

« A l’ heure de la retraite, il a entendu l’appel des plus pauvres et avec la même détermination qu’il avait mise à l’âge de 35 ans, déjà père de 5 enfants, pour passer avec succès le concours de l’ ENA, il s’est engagé dans le combat pour plus de justice quelque part sur cette terre. C’était »un juste« , un passionné tout d’une pièce. »

« Il est allé au bout de son combat , au bout de sa vie pour aider les autres, il avait choisi de poser son regard sur ceux que beaucoup ne voient pas. Il est ainsi parti, au milieu d’eux... Quel exemple ! »

« Nous n’oublierons pas Yvan et l’année que nous avons passée à ses côtés au Mali. Malgré une cinquantaine d’années d’écart avec lui, nous avons partagé des moments sympathiques et profité de son humour décalé, à toute épreuve ! Nous sommes témoins qu’il a donné son temps et sa vie au service des autres ! »

"Rien au départ ne laissait penser qu’un jour j’allais partager cette aventure d’ALAD avec Yvan. Même si je le connaissais déjà. Avec mes collègues de la bibliothèque départementale, nous avions eu Yvan Baradel, préfet de la Corrèze comme supérieur hiérarchique. (C’est d’ailleurs, à ma connaissance, le seul préfet qui se soit déplacé pour connaitre notre travail de l’intérieur). Il y a 3 ou 4 ans, une amie m’a parlé du travail d’ALAD au Mali et m’a permis de rencontrer Yvan et Claudine. A de multiples occasions, j’ai découvert que « philosophiquement » nous partagions un certain nombre de valeurs humaines. A travers nos discussions, nous réalisions qu’il n’était pas trop difficile de donner aux habitants de ces villages démunis quelques moyens pour améliorer leur quotidien, sans leur imposer quoi que ce soit. Grâce à toutes nos conversations en France et à Katibougou par la suite, j’ai pu mieux appréhender la complexité des relations dans le village et éviter de faire trop « d’impairs ». Je garderai longtemps devant les yeux la silhouette, un peu fatiguée mais déterminée d’Yvan, dans la concession à Katibougou«   »Je sais toute l’attention qu’Yvan portait aux autres et il est vraiment un grand exemple pour nous. Peu d’hommes sont capables de s’investir autant pour cette si belle cause qui est de porter de l’aide à ceux qui en ont besoin. Il a consacré, jusqu’au bout, la fin de sa vie pour cela. Il ne demandait rien en retour si ce n’est le plaisir de voir les gens bien s’entendre et aller de l’avant pour faire mieux encore«   »Yvan était le père des pauvres maliens, des vieux, des vieilles, des femmes, des jeunes, des enfants. Il a soulagé tous les malades, il est tombé sur le champ d’honneur. Je vais me battre pour que le Mali lui accorde la médaille d’honneur.«   »Le monde et particulièrement le Mali vient de perdre un grand homme de culture, de religion, d’amour et de solidarité.«   »Yvan aimait le Mali, il aimait les maliens. Il aimait la simplicité des gens qui, sans rien dire, expriment en même temps leur désarroi face à la vie parfois si dure et leur reconnaissance dans un sourire véritable.«   »Au revoir Yvan ! Ce lundi 7 mars, je te regardais disparaitre dans le couloir d’Air France à Roissy, tu portais deux grandes sacoches noires... Tu t’es retourné... Un petit signe « au revoir ». Tu as dit quand on s’est quitté a la fin du repas : "Je reviens en avril, juste avant Pâques, Pâques est tard cette année..." On ne se reverra pas, qu’il est difficile d’envisager envisager ALAD sans toi ! Je te faisais entièrement confiance, tu étais un homme honnête, désintéressé, généreux et qui avait si bien compris le monde africain qui te le rendait bien et te respectait. Je pense au village et à nos amis : Lassine, Moussa, Fatou, Kadiatou, Élie, Seydou... Yvan, ALAD, c’était d’abord toi... ADIEU !«   »Yvan, nous ne t’oublierons pas, tu resteras pour nous un modèle d’homme capable d’offrir sa vie pour les autres. A notre mesure, nous poursuivrons ton œuvre. En suivant ton exemple, demain, nous nous remettrons à la tâche au service de tous nos amis maliens, aujourd’hui dans la peine. Et, c’est sûr, au coeur de la terre rouge d’Afrique, si nous tendons bien l’oreille, nous t’entendrons longtemps encore, cher Yvan, « palabrer » à l’ombre de notre paillote que tu affectionnais particulièrement."

Ce que l’homme fait... C’est ce qu’on dira de lui, quand il ne sera plus de ce monde Proverbe Bambara

P.-S.

Merci à Claudine, son épouse, merci à Béatrice, Bernadette, Chantal, Gisèle, Lassine, Michel, Michèle, Soumaila et Thomas pour leur témoignage.

Cet article est lié aux thèmes suivants :

Gestion de l’association, Assemblée générale, conseil d’administration |

Répondre à cet article

5 Messages de forum

  • ALAD est orpheline !

    9 avril 2011 14:12, par Hemon Marie-Caroline
    je n’ai connu Yvan que très peu, mais grâce à lui,4 amies et moi avons pu vivre une expérience formidable !!grâce à lui et à ALAD nous avons pu effectuer un stage infirmier au Mali !cela nous a beaucoup apporté dans notre vie...Un très grand merci à Yvan, son départ nous peine beaucoup...c’était un grand monsieur, quelqu’un d’exceptionnel, nous ne l’oublierons pas !nous pensons très fort à sa famille, à ses amis...nous prions pour vous et pour Yvan, que son âme soit en paix...

    Répondre à ce message

    • ALAD est orpheline ! 10 mai 2011 17:09, par Catherine Fauré
      Merci pour votre témoignage ! Nous avons repris le travail... Yvan est toujours à nos côtés au service de nos amis maliens !

      Répondre à ce message

    • ALAD est orpheline ! 10 mai 2011 17:15, par Catherine Fauré
      Merci pour votre témoignage ! Nous avons repris le travail... Dans notre coeur et dans nos pensées, Yvan est toujours à nos côtés au service de nos amis maliens !

      Répondre à ce message

  • ALAD est orpheline !

    11 avril 2011 13:47

    Merci pour ce bel hommage pour mon père et son action au Mali. Vous avez si bien résumé tous ses engagements et ce en quoi il croyait.

    Vos paroles aident notre famille à tenir après le départ brutal de notre père.

    Véronique Grasset (avant dernière fille d’Yvan).

    Répondre à ce message

    • ALAD est orpheline ! 10 mai 2011 17:31, par Catherine Fauré
      Merci, Véronique, pour ce message en ce moment de peine pour toute votre famille. Vous pouvez être tellement fière de votre père. Il restera dans la mémoire d’ALAD un grand homme d’amour, de paix et de partage. Nous avions beaucoup d’affection pour lui et son rayonnement n’est pas prêt de s’éteindre.

      Répondre à ce message


Plan du site : 1. L’association | 2. Nos actions | 3. Nous aider | 4. divers | 5. Le blog | 6. Katibougou Kibaru | 7. Press Book |
Mentions légales |Nous contacter | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | ALAD'in